Les corps monstrueux de l’État

Il y a quelque part encore des peuples et des troupeaux, mais ce n’est pas chez nous mes frères, chez nous il y a des États.

État, qu’est-ce que cela ? Allons ! ouvrez vos oreilles, je vais vous parler de la mort des peuples.

L’État, c’est le plus froid de tous les monstres froids. Il ment froidement et voici le mensonge qui rampe de sa bouche : « moi l’État, je suis le peuple ».

C’est un mensonge ! Ils étaient des créateurs ceux qui créèrent les peuples et qui suspendirent au-dessus des peuples une foi et un amour : ainsi ils servaient la vie. Ce sont des destructeurs ceux qui tendent des pièges au grand nombre et qui appellent cela un État : ils suspendent au-dessus d’eux un glaive et cent appétits.

Partout où il y a encore du peuple, il ne comprend pas l’État et il le déteste comme le mauvais œil et une dérogation aux coutumes et aux lois.

– Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra

Été sans fin

« Il n’est pas de hasard,
Il est des rendez-vous,
Pas de coïncidence,
Allez vers son destin,
L’amour au creux des mains,
La démarche paisible,
Porter au fond de soi,
L’intuition qui flamboie,
L’aventure belle et pure,
Celle qui nous révèle ,
Superbes et enfantins,
Au plus profond de l’âme. »

Étienne Daho/L’ouverture

Une question d’angle

« La pensée archipélique convient à l’allure de nos mondes. Elle en emprunte l’ambigu, le fragile, le dérivé. Elle consent à la pratique du détour, qui n’est pas fuite ni renoncement. Elle reconnaît la portée des imaginaires de la Trace, qu’elle ratifie…

Nous nous apercevons de ce qu’il y avait de continental, d’épais et qui pesait sur nous, dans les somptueuses pensées de système qui jusqu’à ce jour ont régi l’Histoire des humanités, et qui ne sont plus adéquates à nos éclatements, à nos histoires ni à nos moins somptueuses errances.

La pensée de l’archipel, des archipels, nous ouvre ces mers. »

 Édouard Glissant/Traité du Tout-Monde (1997)

Entreprise

« L’œuvre d’art, pour ceux qui en ont l’usage, est une entreprise de décadrage, de rupture de sens, de prolifération baroque ou d’appauvrissement extrême, qui entraîne le sujet vers une recréation et une réinvention de lui-même. »

Félix Guattari/ Chaosmose

Sunset Park

« Pas d’imagination sans interprétation, sans mode en scène d’un espace de jeu, sans position d’un écart. L’image est révélation d’autre chose qu’elle. Elle signifie, elle anticipe. »

Hélène Védrine

Brouillard (définitif ?)

« Les lendemains planifiés, nos souvenirs inutiles Le temps figé s’est résigné à hurler présent La musique psychatrique Tranxène, neuroleptiques S’infiltre en toi, guide tes pas, droit devant Les règles sont fixées (un triangle sur nos rêves) Le décor est stressé Déformé dans ce brouillard définitif »

Marquis de Sade

Des plis amoureux

« Si vous n’avez qu’un risque sur mille d’être convaincu de mensonge, ne mentez pas plus d’une fois sur mille, car cette fois-là annulera à elle seule toutes les autres où vous avez dit la vérité. »

Auguste Detœuf