Au pays des aveugles 7

Mais tu n’es qu’un curieux conquistador. Bravement tu brandis ton brandon. Tu brises, tu broies. Guerrier rouge, brute féroce, tu détruis, tu jouis. Tu possèdes. Tu remplis. Et quand sur ton chemin,  frères et soeurs d’indulgence t’invitent à l’abandon, à la présence, après une brève étreinte, d’un soudain coup de lance tu leur perces le dos, détruisant par ton  crime la porte du passage.